Tanya Saint-Val

3/01/2006 at 14:37 (WiBio)

Née en 1966, Tanya Saint-Val a toujours évolué dans le monde de la musique : très tôt, elle imite les variations de voix de sa grand-mère, chantant de l’opérette. Dès l’âge de neuf ans, elle enregistre un album de musique traditionnelle avec son père, guitariste, chanteur et compositeur professionnel.Après un passage chez les Vikings de Guadeloupe, elle entre dans l’orchestre de Daniel Forrestal. Elle y rencontre Dominique Zorobabel, une des futures chanteuses de Zouk Machine. Elle continue à chanter les chansons de la grande Ella Fitzgerald dans les fêtes communales et les bals de Guadeloupe. Elle rencontre ensuite Pierre-Edouard Décimus, manager du groupe Kassav, qui lui fait découvrir les studios des Antilles, là où elle exerce rapidement et souvent ses talents de choriste.

Après avoir passé quelques temps en tournée avec Expérience 7 et Zouk Machine, elle sort un premier album éponyme en 86, délibérément zouk. Deux ans plus tard, elle récidive avec un autre album, sans nom lui aussi.

Après un troisième album solo en 89 « Zouk à Gogo » sur lequel on trouve le tube « Lanmou kréyol », sort en 91 « Soul Zouk », subtil mélange de zouk et de soul. A noter la contribution de Jacob Desvarieux, Patrick Saint Eloi, son vieux complice Willy Salzedo et Jean-Michel Rotin pour ne citer qu’eux. Cet album va permettre à Tanya Saint-Val de s’imposer au-delà des limites de l’univers antillais, de figurer notamment au Top 50 (hit-parade français) pendant quatorze semaines.

Pour son deuxième album dans une multinationale (Phonogram), la belle Guadeloupéenne écrit les trois titres qui constituent « Pou Zot » enregistré pour les fêtes de Noël 94.

Dans le même temps, elle travaille avec Willy Salzado sur son nouvel album « Mi ». La même année, elle entreprend une tournée avec le rocker hexagonal Johnny Hallyday avec qui, d’ailleurs elle interprète un duo.

De plus en plus intégrée au milieu musical métropolitain, elle assure en 95 la première partie de Michel Sardou. Mais elle retourne à ses premières amours dès l’année suivante en sortant un album (toujours chez Phonogram) intitulé « Améthiste », avec la collaboration une nouvelle fois de Jean-Michel Rotin.

Après un silence de plusieurs années, Tanya revient avec un album intitulé « Secret » qui sort fin 98. Très franchement tourné vers le zouk-love, cet opus aborde néanmoins des sujets sérieux comme l’abolition de l’esclavage et l’identité antillaise dans « Solitude » ou l’enfance dans le duo avec Sonia Dersion, « Tant de temps ». D’après les aveux de la chanteuse, il est beaucoup plus personnel que les précédents albums. Elle a quasiment tout supervisé sauf les arrangements musicaux qui ont été confiés à Frédéric Wurtz.

Elle collabore en 1999 au projet Bisso Na Bisso de Passi pour lequel elle reçoit un disque d’or pour sa participation à ce projet.

Le 2 juin 2000, pour fêter ses 15 ans de carrière, elle se produit au Zénith de Paris, concert retransmis en direct dans toutes les Antilles. Tanya y reçoit ses amis (Lady Lesttee, Bisso Na Bisso, Dédé St Prix, Akiyo) et un disque live est réalisé pour marquer l’événement.

Six mois après la naissance de ses deux garçons, elle revient en 2002 avec son nouvel opus « Ansanm », promenade joyeuse dans l’univers du zouk dans lequel elle flirte avec ce blues qu’elle aime tant. Comme à son habitude, Tanya y multiplie les rencontres avec l’Haïtienne Emelyne Michel et d’autres grands noms de la musique antillaise comme Frédéric Caracas, Dominique Panol ou Dominique Coco.

Pour la première fois, elle chante un titre de son père, Tino Saint-Val, et fait un clin d’oeil à ses fans de la première heure avec une reprise de son premier zouk love « Sa mwen ka mandéw » enregistré il y a une quinzaine d’années. Le 16 décembre 2002, elle donne un concert unique à l’Olympia à Paris.

En 2003, elle se produit aux États-Unis, au Canada et obtient le prix Sacem Guadeloupe de « meilleure interprète féminine de l’année » et celui de « meilleur album de l’année ».

En 2004, elle s’associe à la chanteuse Dominique Zorobabel, du groupe Zouk Machine, pour enregistrer, sur des tempos zouk, R&B ou ragga, une série de chants classiques de Noël ainsi que quelques compositions personnelles afin de rendre gloire à Dieu. C’est chansons figurent sur l’album « Noël Gospel » qui sort à l’approche des fêtes de fin d’année.

Sa voix chaude et sensuelle, servie par un professionnalisme incontestable, fait de Tanya Saint-Val, une des meilleures représentantes « glamour » de la musique antillaise.

Décembre 2004

D’apres RFI Musique site officiel de Tanya Saint-Val : http://www.tanya-saint-val.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :