Ralph Thamar

3/01/2006 at 14:46 (WiBio)

 

Né en 1952 à Fort-de-France en Martinique, Ralph Thamar est aujourd’hui une des plus belles voix masculines des Antilles.

Pendant longtemps employé de banque, il est en même temps membre parallèlement de plusieurs groupes et orchestres.

De 1973 à 1978, il se forge une solide expérience de chanteur auprès de Marius Cultier, grand pianiste et compositeur martiniquais décédé en 1985. Mais c’est en tant que chanteur du groupe Malavoi jusqu’en 1987, qu’il se fait réellement connaître. Sa voix de velours l’impose comme le « crooner des Caraïbes« , et outre Malavoi, il participe à de nombreux disques des groupes Kassav’ ou Fal Frett.

Solo En 1988, Ralph Thamar réalise son rêve et se lance dans une carrière solo. Cette même année, il reçoit le Karib d’or décerné par l’association française du même nom à un artiste d’outre-mer. Son premier album solo, « Exil« , sort en 1989. Aux sonorités définitivement zouk, il remporte un vif succès, en particulier le titre « Polisson« . Il s’entoure sur cet album de nombreux musiciens réputés tels que Manu Katché à la batterie ou Jean-Yves d’Angelo aux claviers, sans parler des innombrables artistes antillais invités (Georges Décimus, Michel Alibo, Edith Lefel, Patrick Saint Eloi,…).

En 1991, sort un deuxième album, « Caraïbes« , accompagné du single « Comme disait le poète« , célèbre titre du brésilien Vinicius de Moraes. Les dix titres de ce disque mélangent tous les grands rythmes de la musique caribéenne : soca, mazurka, biguine, reggae, quadrille ou boléro. Pour les textes, Ralph Thamar fait appel à des paroliers tels Jocelyne Beroard, Dédé St Prix ou Jean-Claude Naimro. Pour la partie technique, Ralph Thamar s’est attaché les services du producteur Steve Forward, qui a travaillé auparavant avec, entre autres, Ray Charles ou Paul Mc Cartney.

Créole Grand défenseur de la culture et de la langue créole, Ralph Thamar se fait cependant un point d’honneur à rester éclectique et chante indifféremment en anglais, espagnol ou portugais. En 1992, il reçoit de la Sacem (Société des auteurs compositeurs), le Prix du succès dans la catégorie Antilles-Guyane.

C’est en 1993, que sort son troisième album « A toute. » dans lequel il continue de mélanger avec bonheur boléro, zouk et biguine. Un hommage à Boris Vian est rendu avec la reprise du titre « Bois un coup« . Cet album réalisé avec la complicité de Mario Canonge, pianiste des groupes Ultramarine ou Sakiyo, marque le début d’une collaboration entre les deux hommes qui continuera avec un magnifique album-hommage à Marius Cultier en 1994.

S’ensuivent de nombreux concerts en commun entourés d’invités tels Alain Jean-Marie ou Michel Alibo. En 1995, le label de Ralph Thamar, Déclic, sort une compilation de ses meilleurs titres, suivi en 1996 d’un nouvel album « Embarquement créole« . Plus mature, ce disque mêle toujours rythmes antillais et sons latinos, à tel point que le livret du CD est en français, créole et espagnol.

En 1999, Ralph Thamar sort un nouvel album « La Marseillaise noire » auquel ont collaboré Manu Dibango et Mario Canonge.

Après 14 ans de vie parisienne, il retourne s’installer en Martinique en 2001 et c’est là-bas qu’il enregistre son nouvel album « Un jour » sur lequel on retrouve 4 titres chantés en français, dont une reprise d’Henri Salvador et de Gérard Laviny « Roro« .

Ralph Thamar connaîtra-t-il un jour le même succès tardif qu’Henri Salvador ?

Il court toujours après depuis le début de sa carrière solo.

Novembre 2002

D’après RFI Musique

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :